Le choix des positions pour bien dormir

10 Mar 2021

Sur le dos ou sur le ventre ? Sur le côté ou « en cuillère » ? S’il n’existe pas « une » bonne réponse valable pour tous, certaines positions de sommeil peuvent entraîner des effets négatifs tels que gêne respiratoire durant la nuit, douleurs et raideurs persistantes au réveil. Si le choix du matelas et/ou de l’oreiller est bien évidemment primordial, certaines positions sont néanmoins plus recommandées que d’autres.

Dormir sur le côté
Cette position semble bénéfique pour la majorité de la population. En effet, non seulement cela limite les risques de tension au niveau du dos, mais selon plusieurs études, elle favoriserait en outre l’élimination de certains « déchets » chimiques en agissant sur le système lymphatique, ce qui pourrait potentiellement le risque d’apparition d’affections neurologiques dégénératives. Ces résultats préliminaires doivent toutefois être confirmés par d’autres travaux scientifiques.

Dormir sur le ventre
Cette option n’est pas recommandée car cela exerce une tension sur la colonne vertébrale, un phénomène d’ailleurs aggravé par une literie trop molle.  Le dos, mais aussi le cou peuvent être impactés, en particulier chez les personnes souffrant de scoliose.


Dormir sur le dos

C’est une position adoptée par de nombreux dormeurs qui la trouvent plus confortable. Attention néanmoins à ce que la colonne vertébrale soit correctement alignée et, pour ce faire, un oreiller peut être utile – privilégiez un modèle en latex ou à mémoire de forme plutôt qu’en plumes. Les personnes souffrant d’apnée du sommeil éviteront cette position qui favorise l’affaissement des voies aériennes supérieures entraînant, par là-même, des ronflements plus importants encore.


Dormir « en cuillère »
De nombreux  couples adoptent cette position. Elle  présente un avantage certain dans la mesure où le contact peau à peau favorise la libération d’ocytocine, une hormone dont l’effet apaisant favorise l’endormissement.